Association des Footballeurs Ivoiriens
Adhérer

L’AFI et les clubs enclenchent l’essor du football féminin en Côte d’Ivoire

Les officiels du séminaire avec le président de l'Association des Footballeurs Ivoiriens (AFI) (AFI)‎

L’Association des Footballeurs Ivoiriens (AFI) a organisé, samedi dernier à Cocody, un séminaire sur le football féminin. Articulé autour du thème « quelles stratégies pour un développement structurel et organisationnel du football féminin ?»,  cette initiative a pour but de contribuer à l’essor de la discipline et au bien-être des acteurs dont les footballeuses.

« C’est un bon combat que nous devons mener ensemble ». Fodé Sylla, président des Onze Sœurs de Gagnoa, intervenant sur le fonctionnement et l’organisation du football féminin, a résumé l’esprit de ce séminaire. Pour marquer sa présence aux côtés des footballeuses ivoiriennes, l’AFI veut composer avec toutes les forces vives, tous les acteurs du secteur. Une présence dont l’objectif, à court et moyen termes, vise l’essor de cette discipline qui, selon Eric Dumas (avocat) « reste à l’ombre du football masculin » aussi bien à l’international qu’en Côte d’Ivoire.

C’est que, après les hommes des Ligue1 et Ligue2, l’Association des Footballeurs Ivoiriens met le cap sur les dames. Loin d’être une initiative spontanée, ce séminaire concrétise, au dire du président Domoraud Cyrille, un travail méticuleux effectué en amont. « Cela fait quelques années maintenant que nous nous préparons à accompagner le football féminin. Le moment est venu de passer à l’acte. D’où l’organisation, a-t-il dit, de ce séminaire qui marque, pour nous, le départ d’une franche et fructueuse collaboration avec les clubs». Des clubs (Onze Sœurs, Juventus, Stella, Amazones…), représentés en grand nombre et en qualité, qui ont permis de souligner l’impérieuse nécessité d’aider le football féminin dans son développement.

filles séminaire
Les séminaristes ont été très attentifs aux différentes interventions des conférenciers.

Représentant la Fédération Ivoirienne de Football, Bolou Danielle (Ligue amateur) et De Yed Lucette (Commission fédérale du football féminin) n’ont pas manqué de saluer la démarche de l’AFI. « Au nom de la Commission du football féminin et de la présidente Ginette Ross, qui aurait voulu être là ce matin, je voudrais dire merci à l’AFI. Par cette initiative, elle va apporter un plus au développement du football féminin. Même s’il est amateur, le football féminin connaît un essor exceptionnel. Il y a près de 20 joueuses ivoiriennes qui évoluent hors du pays, depuis ces cinq dernières années », a indiqué De Yed Lucette, précisant que c’est dans la synergie des forces qu’on peut avancer.

Faisant un état des lieux, tous les séminaristes conviennent que l’aspect financier reste le  gros problème du football féminin. Avec une subvention à peine suffisante, des accompagnements institutionnels et des partenariats quasi-inexistants, il est difficile d’organiser un club, à plus forte raison proposer des salaires aux joueuses. L’AFI en est consciente, c’est pourquoi  à travers les différents sous-thèmes du séminaire, les participants et les conférenciers ont proposé des débuts de solutions. La Fédération, par la voix de Bolou Danielle, a insisté, par exemple, sur la nécessité pour les clubs d’avoir une identité juridique. Yves Sawadogo, agent de joueur, et Domoraud Cyrille, président de l’AFI, exhortent les clubs à mettre un point d’honneur à leur organisation interne. « L’argent est la conséquence d’une bonne organisation. Dans toute entreprise, il faut faire montrer d’un minimum de sérieux pour gagner la confiance d’un éventuel partenaire », a fait savoir l’organisateur de « La nuit du football africain
».joueuse2

Les joueuses ont pris une part active à ce premier séminaire initié par l'AFI à leur endroit.

Conférencier, Yves Sawadogo a, par ailleurs, développé avec maestria les mécanismes de transfert et de solidarité  ainsi que les indemnités de formation, au grand bonheur des clubs et des joueuses qui ont, plus d’une fois, été lésés en la matière. Présentes en nombre à cet atelier, les joueuses se sont félicitées de cet intérêt manifesté à leur endroit tout en espérant des lendemains plus radieux grâce aux actions de l’AFI.

Le séminaire s’est aussi penché sur la question de la reconversion. En la matière, l’expérience de madame Kouamé Lou (secrétaire des Onze sœurs), ancienne joueuse du Bélier FC, devenue ingénieure marketing, a édifié l’assistance. De même que celle de Dosso Salimata, joueuse du même club, diplômée en mine et énergie. L’AFI, à travers ses partenaires, veut accompagner les joueuses dans leur reconversion. Mais  le crédo pour toutes, rappelle-t-elle, devrait être « football d’accord, mais école d’abord ».

Un livre blanc va sanctionner ce séminaire et sera proposé au futur Comité exécutif de la Fédération Ivoirienne de Football (FIF).
joueuse3
Les responsables de clubs (présidents et secrétaires généraux) posant fièrement avec les officiels.

© FIFPro World Players' Union 2021 - Mentions légales Réalisé par IDIX
Rechercher